I was a professor at four universities. I still couldn’t make ends meet.

http://www.washingtonpost.com/posteverything/wp/2015/03/06/i-was-a-professor-at-four-universities-i-still-couldnt-make-ends-meet/?hpid=z4

I was a professor at four universities. I still couldn’t make ends meet.

One former adjunct describes a system that’s untenable.

Tanya Paperny

March 6 at 6:00 AM

Tanya Paperny is the writer and editor at Bellwether Education Partners.
Last week was the first ever National Adjunct Walkout Day, a grassroots protest to push for fair pay and better working conditions. Protests and teach-ins took place on as many as 100 campuses nationwide, prompting at least one university to create a task force to address labor concerns. It’s little wonder that a national movement has sprung up around the adjunct system, which offers little or no job security or access to benefits and significantly lower wages than regular faculty. I sympathize — I was an adjunct, and I could only tolerate the stress and exhaustion for two years.I taught as many as five classes each semester at four campuses in D.C. and Maryland, crisscrossing town by bike and public transportation during work days that sometimes lasted 13 hours. I never knew what my employment would look like the following term and constantly applied for part- and full-time teaching positions in case I didn’t get rehired. Many of the courses I taught—composition, professional writing and journalism—were required for undergraduate or graduate students, yet those programs ran almost entirely on the backs of adjuncts.

There were things about the work I loved. One student wrote an excellent research paper on creative arts therapy as a healing tool for depression sufferers; the paper landed her a fellowship working with cancer patients. When I saw students nodding their heads during lessons on essay structure or avoiding wordiness, I felt reenergized. In fact, engaging students was a challenge I loved. The working conditions were what drained me completely.

For one thing, there was the pay. I earned between $2,700 to $4,196 per course, which is generally better than the national adjunct pay average of $2,700. But my employers capped courses for adjuncts, meaning I couldn’t teach more than two classes per semester at all but one of the schools. Fewer course offerings during the summer limited most of my course assignments and earnings to the fall and spring. In fall of 2012, I earned $13,600 before tax. The following spring, I made $14,100. One of my employers offered only two pay periods per semester for adjuncts, meaning I went three months without pay from that job. All told, I made between $27,700 and $35,000 a year from teaching. This is not an insignificant sum of money for many people, but was less than I was paid at my first job out of college, even though I have a terminal degree in my field.

And the schedule was untenable. In spring of 2013, I started my Thursdays at 8 a.m. in College Park, Md., taught at 4 p.m. at American University in Washington, D.C., and ended the day in D.C. with a Trinity Washington University class that wrapped up at 9 p.m. Some days I spent almost three hours commuting. Weekends were for grading papers.

I couldn’t keep up this circus for more than two years, though many of my peers have been doing it much longer. At some point, I realized there was no ladder out of adjunct purgatory, no full-time positions within my reach. Nobody, especially none of my supervisors, wanted to admit this. (To be fair, not all administrators realize the employment status of adjuncts on their campus — many of these hiring decisions are made at the department level.)

Ann Pauley, Trinity’s Vice President for Institutional Advancement, wrote to me in an e-mail: “The majority of Trinity’s adjuncts are employed full-time in their professions,” meaning they have other jobs that provide their primary income. But according to national figures from the American Association of University Professors, this is not the norm: The majority of contingent faculty don’t have careers outside of academia.

Anne McLeer, Director of Research & Strategic Planning at SEIU Local 500, says: “There’s no question there’s a role for adjunct faculty and professionals with outside experience coming in to teach a class or two. But the problem is a disproportionate number of classes, especially in the humanities, being taught by adjuncts who don’t have any job security or opportunity to advance up the levels.” This was certainly my experience. A 2013 survey of George Mason University’s contingent faculty revealed that roughly half were financially dependent upon their adjunct earnings. I supplemented my teaching income with freelance writing and a part-time remote job, but that money only added up to the equivalent of one course.

Why are universities relying so heavily on this type of labor? According to Marisa Allison, co-author of the George Mason University survey, administrative bloat is at least partly to blame. “The university is the only space where you’ve seen an increase in middle management, in jobs that were never there before,” she says. “That is definitely a culprit.” In places like Virginia, sharp cuts in state funding for higher education are also leading universities to curb costs. Others point to rising executive compensation, especially for campus presidents.

And there are the graduate programs, which keep churning out people with MAs or PhDs, even though there aren’t enough positions for these graduates to move into. For many of us, our graduate programs didn’t tell us that teaching in academia was no longer a guaranteed — or even sane — route on which to rely.

Many adjuncts love their jobs and want to make it work. Take Mitchell Tropin, who has been teaching at Trinity and four other universities since 2008 after a career in journalism. Despite the lack of promotion opportunities or formal job security, he says he feels respected and valued by his Trinity supervisors. He finds being an adjunct sustainable only because he has already paid off his mortgage and his kids are all adults. But he understands how younger people can’t make do.

After a year-long job search, I’m now an in-house writing coach and editor at a nonprofit education consulting firm. I’m compensated and treated very well, given access to a full slate of benefits, and I get to do what I love: help people become better writers. My teaching experience helped qualify me for this job, but that doesn’t mean I’d ever wish the adjunct hustle upon anyone else. Nor do I ever—not even for a second—miss my old life.

The system is not incapable of change. The majority of adjuncts in the D.C. area — including those at Howard University, George Washington University, Georgetown University, American University and the University of the District of Columbia — are now represented by SEIU Local 500 and have access to collective bargaining, a channel to air grievances and negotiate for improved wages and other benefits. Union contracts have as much as tripled pay for some at George Washington University and won year-long contracts for Montgomery College adjuncts, says McLeer. SEIU has initiated activities to form a union at Trinity, and the administration has stated their relative neutrality. A letter from President Patricia McGuire in September of last year stated that “adjuncts are free to express their opinions without fear of retribution.” Unionization isn’t a silver bullet—it’s going to take a lot to reform how universities structure their spending—but mobilizing those still doing the tough job I used to do will result in real — albeit slow — changes.

Publicités

Les enseignants font la grève des notes à Paris-Sud

http://campus.lemonde.fr/campus/article/2015/02/11/les-enseignants-font-la-greve-des-notes-a-paris-sud_4572927_4401467.html

C’est une grève qui ne dit pas son nom, et qui menace de durer. Sur le campus d’Orsay (université Paris-Sud), une majorité de professeurs du département de biologie refusent de restituer les notes des examens de janvier, afin de protester contre des coupes budgétaires et le non-renouvellement de certains postes. Une situation qui pénalise quelque 2 000 étudiants de la filière.
Certains des enseignants impliqués communiquent les résultats à leurs étudiants ou les affichent dans les couloirs, mais ils ne les inscrivent pas dans Apogée, le fichier central des notes qui permet la gestion des dossiers d’études. Sans inscription dans ce système, les jurys ne peuvent valider les crédits universitaires et les étudiants se trouvent dans l’incapacité d’effectuer leurs démarches administratives.
FAIRE RÉAGIR LES ÉTUDIANTS
« Cette rétention est illégitime, s’offusque Baptiste Laget, vice-président étudiant de la Commission de la formation et de la vie étudiante. S’attaquer aux étudiants en les privant de leurs résultats, qui sont la rémunération de leur travail, pose un risque réel à ceux qui doivent soumettre leurs dossiers de candidature à des masters en France ou à l’étranger, dans des délais serrés. C’est mettre en péril leur scolarité. »
Un argument que conteste Pierre Capy, directeur du département de biologie. « Les étudiants qui sont dans ce cas de figure, nous leur fournissons une attestation signée avec leurs résultats. Nous ne voulons en aucun cas pénaliser les étudiants mais retenir leur attention comme celle de la présidence de l’université sur une situation problématique pour l’ensemble de la communauté universitaire. »
Les étudiants eux-mêmes sont partagés sur ce mouvement : le syndicat UNEF lui a apporté son soutien, tandis que Baptiste Laget, issu de la FAGE, l’autre grand syndicat étudiant, insiste sur les difficultés rencontrées par certains de ses camarades, auxquels l’attestation écrite fournie par les enseignants n’a pas permis de s’inscrire. 
Lors d’une première assemblée générale, le 16 décembre, qui réunissait professeurs du département de biologie et représentants étudiants, les critiques ont fusé quant à la mauvaise gestion de l’université. Il a manqué à la direction 5,5 millions d’euros pour boucler le budget 2014, ce qu’elle a compensé en coupant dans la masse salariale, ramenant celle-ci à 244 millions d’euros. Cela s’est traduit par l’arrêt de la campagne de recrutement des attachés temporaires d’enseignement et de recherche (ATER) et au non-renouvellement d’une dizaine de postes. Ces mesures touchent particulièrement le département de biologie, un des plus importants de l’université, mais aussi ceux de mathématiques et d’informatique.
« PROBLÈME NATIONAL »
« Malgré des débats houleux, nous sommes ressortis de l’AG avec l’assurance que les enseignants ne retiendraient pas les notes des étudiants », explique Baptiste Laget. Mais peu avant la session d’examens mi-janvier, une nouvelle AG a eu lieu, en l’absence des représentants étudiants. La majorité des 51 professeurs, 124 maîtres de conférences et 117 personnels administratifs et techniques que compte le département de biologie, ont voté en faveur de la rétention des notes, « une mesure moins pénalisante pour les étudiants que la grève », justifie Pierre Capy.
Du côté de la direction de l’université, si on comprend le choc occasionné par les coupes budgétaires intervenues précipitamment à la suite d’un bilan 2014 défavorable, on ne cautionne pas la rétention des notes. « C’est une action indélicate qui s’en prend aux étudiants […] et ne résout pas un problème national touchant de nombreuses universités, affirme Jacques Bittoun, le président de l’établissement. Mais il est vrai que les restrictions budgétaires du gouvernement nous obligent à réduire le nombre de postes pour récupérer de la masse salariale. »
En tirant le signal d’alarme avec la rétention de notes, les professeurs frondeurs espèrent capter l’attention du ministère de l’enseignement supérieur et de la recherche. Les étudiants n’auront pas leurs notes avant la prochaine AG du département de biologie, prévue le 18 février. « S’il n’y a pas une reconsidération des problèmes de financement des universités françaises et si on ne met pas en place des méthodes prospectives pour assurer la viabilité des budgets, d’autres actions seront vraisemblablement engagées dans les semaines à venir, au-delà des biologistes », prévient Pierre Capy.
  • Matteo Maillard

Soutien aux personnels en grève de l’Université Paris 8

Soutien aux salarié-e-s de Paris 8 en grève !

600€: le montant de la retraite des personnel-le-s précaires de Paris 8 après 20 ans de services.

400: le nombre de salarié-e-s de Paris 8 gagnant moins de 1400€.

200: le nombre de salarié-e-s de Paris 8 gagnant moins de 1200€.

(Bien loin de ce qu’empochent les Présidents d’Université…)

Depuis le 19 janvier, les salarié-e-s de Paris 8, organisés en « collectif des bas salaires », sont en grève pour obtenir une augmentation de revenus.

Parce que sans leur travail au quotidien, la fac ne tournerait pas

Parce que la pénurie budgétaire sur les universités se répercute sur les personnels et les étudiants

Parce que la précarisation du travail et la baisse des salaires dans la fonction publique n’ont d’égal que celles du secteur privé

Parce que la grève victorieuse des salarié-e-s d’aujourd’hui prépare les victoires des salarié-e-s et des étudiant-e-s de demain !

Soutenons les salarié-e-s en grève de Paris 8 !

Lien vers la pétition : http://www.petitions24.net/soutien_aux_personnel-le-s_de_paris_8_en_greve

Tribune Anne Fraïsse, Danielle Tartakowsky et Rachid El Guerjouma suite élection CPU

Après l’élection à la présidence de la CPU, les universités à la croisée des chemins…

Nous étions candidats à la présidence de la Conférence des Présidents d’Universités (CPU). La sauvegarde de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche (ESR) était la raison unique et profonde qui a motivé notre candidature.

Le vote à la présidence de la CPU a eu lieu, notre score a été plus qu’honorable attestant d’un constat partagé par un nombre accru de présidents, de directeurs d’écoles et d’instituts et de leur volonté d’agir autrement sur les questions fondamentales qui préoccupent la communauté universitaire. Après ces élections, la CPU, les universités et l’ensemble de la communauté universitaire sont à la croisée des chemins…

Le constat

La situation des universités françaises n’a jamais été aussi grave. Depuis plus de 10 ans, au gré des réformes, l’ESR subit de nombreux bouleversements qui modifient insidieusement et en profondeur nos métiers et le paysage universitaire, avec des moyens en baisse, en comparaison de l’augmentation du nombre d’étudiants et de l’inflation des missions qui nous incombent.

L’insuffisance des moyens dont disposent les universités met nombre d’entre elles dans des situations budgétaires critiques et compromet l’accomplissement de leur mission de service public. Quand elles présentent des budgets équilibrés cela est fait en puisant dans leur fond de roulement et/ou en gelant des postes, en diminuant les crédits consacrés à la formation, la recherche, la documentation ou à la vie étudiante…

En réponse à ces difficultés, le gouvernement ne compense pas le solde du Glissement Vieillesse Technicité en constante augmentation pour la plupart des universités. Il ne compense que symboliquement les frais d’inscription dont les boursiers sont exonérés (plus de 50% des effectifs dans certains établissements). Il annonce de nouvelles missions lourdes avec un budget de fonctionnement en baisse. Ainsi, en 1 mois ce sont 489 millions (le budget de 3 ou 4 universités) qui viennent d’être rayés du budget des universités et de la recherche, 353 millions pour les seules universités. Selon la Cour des Comptes, le programme de l’Etat qui souffre le plus d’annulation de crédits est celui de la Mission interministérielle enseignement supérieur et recherche (Mires), entre le budget initial voté en 2014 et le budget 2014 modifié la différence constatée est d’un milliard en moins !

Par ailleurs, selon les chiffres 2014 du ministère, en termes de fond de roulement, 32 universités sont en dessous du seuil budgétaire de vigilance (-­‐ 30 jours), 23 en dessous du seuil d’alerte (-­‐ 25 jours). Et ce n’est pas la récente restitution, dans une étrange et surprenante mise en scène, des 70 millions d’euros, au demeurant prélevés sur le budget de la recherche et de l’enseignement scolaire pour nous être rendus, qui nous « soulage » comme a pu le déclarer le président de la CPU. Comme la plupart de nos collègues, nous sommes indignés de ces manoeuvres. Nous continuons à affirmer que le rôle de la CPU n’est pas de gérer avec le ministère une survie de nos universités dans un paysage de l’ESR dont les indicateurs, le bilan et les perspectives nous inquiètent au plus haut point.

Le financement que consacre la France à sa recherche publique (universités, écoles et organismes) et à sa recherche privée stagne depuis des années autour de 2,25 % du PIB. Cette stagnation a fait reculer ces dernières années notre pays de la 7e à la 15e place dans le classement mondial. Si on inclut le financement de l’enseignement, l’effort en matière d’enseignement supérieur et de recherche nous place au 20e rang mondial. La chute des emplois scientifiques s’aggrave, le CNRS a perdu plus de 800 emplois statutaires depuis 2002. Les universités ont gelé des emplois de titulaires par centaines et continuent de le faire. L’effort de recherche du secteur privé demeure trop faible malgré les 6 milliards déversés sur les entreprises via le Crédit Impôt Recherche (CIR). Parallèlement, le nombre d’emplois précaires explose tout comme le chômage des jeunes docteurs. Au moment où le potentiel scientifique, public et privé, de notre pays s’affaiblit, où notre potentiel industriel se délite, faute de contrepartie

pour développer l’innovation, le transfert et pour créer des emplois scientifiques, l’université est touchée dans ses fondements, dans ses compétences en recherche et en formation. Devant la gravité de la situation, notre responsabilité est aujourd’hui d’alerter et d’agir afin de préserver l’offre de formation et le potentiel de recherche de nos établissements, dans leur richesse et leur diversité.

Face à cette situation, les inquiétudes, le mécontentement voire le découragement qu’exprime la communauté universitaire sont réels. Si les choses restent en l’état, nous craignons l’explosion d’une crise grave. La CPU se doit de faire entendre ce message, c’est pour cela que nous continuerons à porter en son sein, les questions qui nous paraissent aujourd’hui majeures.

La question des moyens : une question vitale

Devant ce constat, les leurres créés par le modèle d’allocation des moyens « Sympa », qui fait valser les établissements en sous dotés ou sur dotés au gré de calculs obscurs, ne changeront rien à la situation car ce sont, rappelons-­‐le, toutes les universités qui sont sous-­‐dotées par rapport à la moyenne internationale. La stabilisation des effectifs en personnels de l’ESR ne suffira pas à redynamiser la recherche et l’offre de formation. Après 10 ans de chute de la position française en matière d’ESR, il conviendrait au moins de tendre vers l’objectif d’atteindre 3 % du PIB pour la recherche d’ici 10 ans, seuil que l’Allemagne vient de franchir. Atteindre cet objectif minimal, rappelé dans les récents rapports Le Déaut et Berger, suppose que l’on accroisse le budget de fonctionnement des universités et des organismes de recherche d’au moins un milliard d’euros chaque année. La CPU doit défendre cette proposition, permettant un rééquilibrage entre financements récurrents et financements sur projets. Ces moyens pourraient également permettre de financer les fusions et regroupements d’universités et d’établissements en cours.

Cela est possible et les moyens pour y arriver peuvent être mobilisés légalement, sans aggraver le déficit budgétaire de la nation, à travers la réforme du Crédit Impôt Recherche. Réaffirmons le : l’ESR n’est pas un coût mais un investissement. Il est minime par rapport au bénéfice qu’en tirera la nation en termes de qualité de formation, de lutte contre le chômage, de dynamisme de sa recherche et de valorisation industrielle de ses résultats.

Nous proposons également que la CPU travaille avec ses partenaires pour que le volet Recherche et Enseignement Supérieur du CPER 2015-­‐2020 soit à minima maintenu au niveau du CPER précédent pour la mise à niveau du parc immobilier ainsi que les différents chantiers de réhabilitation, conditions d’un accueil des étudiants digne de ce nom et pour nous permettre d’acquérir des équipements scientifiques et mettre en oeuvre les politiques engagées conjointement avec les organismes de recherche au moment où l’Etat met en place une stratégie nationale de la recherche.

L’emploi scientifique est l’investissement d’avenir par excellence

La France ne consacre que 0,6% de son PIB à la recherche public. Pour porter ce taux à l’objectif européen de 1 %, la CPU doit défendre l’idée de la création minimale de 3000 postes annuels dans les universités et les organismes dans le cadre d’un plan pluriannuel d’emplois. Cette création d’emploi devrait aller de pair avec une réduction significative des services des enseignants-­‐chercheurs de manière à leur permettre s’assurer les nouvelles missions qui leur incombent. Là encore les moyens nécessaires pour financer ces créations d’emplois peuvent être mobilisés, sans aggraver le déficit budgétaire du pays, en considérant une partie du Crédit Impôt Recherche.

Il faut aussi renforcer les mesures d’insertion des docteurs, notamment par des aides aux entreprises qui les recrutent, principalement les petites et moyennes entreprises, conditionner le bénéfice du CIR pour les entreprises au recrutement de docteurs, travailler à la reconnaissance du doctorat dans les conventions collectives et la mise en place d’une politique active de recrutement des docteurs dans la fonction publique d’Etat et territoriale.

La réforme du Crédit Impôt Recherche (CIR) : une question urgente

Le CIR, visant à encourager la recherche privée, a connu une croissance rapide depuis 2008, pour atteindre et bientôt dépasser 6 milliards d’euros annuels. S’il est normal que l’Etat soutienne la recherche industrielle, le mécanisme retenu pour le faire pose problème comme l’a souligné la Cour des Comptes. Il est inefficace et a favorisé la création de véritables niches fiscales sans avoir l’effet de levier escompté sur le développement de la recherche industrielle. Nous proposons de travailler à sa réforme et de redéployer une partie de ce crédit d’impôt vers le financement de l’ESR notamment en termes de moyens et d’emplois scientifiques et de réfléchir au moyen d’utiliser les sommes restantes pour construire une véritable politique stratégique à long terme dans le secteur de la recherche privée. Son obtention doit être par ailleurs conditionnée à l’emploi de docteurs et à l’évaluation scientifique de son utilisation.

L’organisation de l’enseignement supérieur et de la recherche : souplesse et réflexion

La diversité de nos établissements et de nos organismes de recherche doit être respectée comme doit être préservé et encouragé le maillage territorial et thématique indispensable à l’égalité des étudiants et à la richesse de notre système éducatif et de recherche. Qu’il s’agisse de fusions, de Communauté d’Universités et d’Etablissements (ComUE) ou de toute autre organisation nous devons réclamer une réelle autonomie de décision loin d’un modèle unique imposé, et un temps d’organisation qui ne nous impose pas de marche forcée préjudiciable au fonctionnement de nos établissements. Nous devons veiller à ce que les regroupements en cours et le programme d’investissements d’avenir ne favorisent pas la mise en place d’un système universitaire à plusieurs vitesses qui pourrait être aggravé par la régionalisation de l’ESR avec la montée en puissance des Régions à travers les « Schémas Régionaux de l’Enseignement Supérieur, de la Recherche et de l’Innovation » et la « stratégie de spécialisation intelligente » des Régions et territoires européens (S3).

Nous proposons que l’ensemble des ces propositions constituent le socle d’un pacte de responsabilité de la Nation avec ses Universités, nous permettant dans le cadre d’un service public revitalisé :

-­‐ d’amener 50% d’une classe d’âge au niveau bac+3 et d’œuvrer efficacement pour la réussite des étudiants et leur insertion professionnelle,

-­‐ de porter au plus haut niveau la recherche fondamentale et appliquée,

-­‐   d’œuvrer   au transfert   de notre   recherche   vers les   milieux socio-­‐économiques   et contribuer

ainsi à développer l’innovation dont a besoin l’économie de notre pays.

Pour porter cette idée force, il nous faut une CPU qui n’ait pas peur de sa diversité. Une CPU qui dépasse la posture qui consiste à gérer avec le ministère la pénurie, une CPU qui dépasse la recherche du plus petit dénominateur commun. Une CPU qui travaille dans la transparence et de manière collective, qui reconsidère le rôle de son assemblée générale. Sur tous ces points nous serons vigilants.

Les équipes de la CPU ont des compétences et une expertise remarquable, voire unique. Les commissions travaillent avec beaucoup d’efficacité. Nous œuvrerons pour transformer ce travail et ces compétences en idées et en stratégie, soumises à l’assemblée plénière pour leur donner un sens politique et faire en sorte que le bureau de la CPU les porte avec force et détermination.

Anne Fraïsse, Danielle Tartakowsky, Rachid El Guerjouma

Le crédit impôt recherche une nouvelle fois dans le collimateur

Le crédit impôt recherche une nouvelle fois dans le collimateur

Fiscalité des entreprises Le Sénat émet des doutes sur l'efficacité du crédit impôt recherche
Le Sénat émet des doutes sur l’efficacité du crédit impôt recherche (Crédits : reuters.com)
Fabien Piliu  |  17/12/2014, 17:10  –  578  mots
Ce mercredi, le Sénat a créé mercredi une commission d’enquête pour connaître la « réalité du détournement du crédit d’impôt recherche (CIR) et ses incidences sur la situation de l’emploi et de la recherche ». L’initiative vient du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC).

Mesurer l’impact du crédit impôt recherche (CIR) sur l’emploi est délicat. En revanche, ce qui est sûr, c’est qu’il occupe bien l’emploi du temps des parlementaires. Ce mercredi, le Sénat a créé mercredi une énième commission d’enquête pour connaître la  » réalité du détournement du crédit d’impôt recherche et ses incidences sur la situation de l’emploi et de la recherche « . L’initiative vient du groupe Communiste, républicain et citoyen (CRC).

Formée de 21 membres désignés mercredi en séance, cette commission enquêtera sur la gestion des services publics chargés de contrôler l’attribution et l’utilisation du crédit d’impôt recherche. « En l’absence de contrôle effectif et d’évaluation sur les retombées du CIR « , cette commission pourra « examiner les modalités réelles de contrôle de son attribution et de son utilisation, sachant que les services déconcentrés de l’administration fiscale ont perdu 45.000 emplois entre 2002 et 2015, soit 30% des effectifs « , ont souligné les sénateurs CRC en demandant cette commission d’enquête.

La suspicion règne

Pour légitimer cette enquête, les parlementaires ont rappelé que le CIR « est devenu l’une des plus importantes niches fiscales françaises bénéficiant aux entreprises privées, atteignant 6 milliards d’euros en 2015″, devancé par le crédit d’impôt pour la compétitivité et l’emploi (CICE) dont le coût devrait avoisiner 8 milliards d’euros l’année prochaine. Avec cette démarche, ils souhaitent s’assurer que cette somme  » bénéficie bien au développement de la recherche et participe à la création d’emplois dans ce secteur, et ne contribue pas à externaliser les coûts sur les pouvoirs publics afin d’accroître les profits. Enfin, le groupe CRC entend s’assurer que le CIR ne soit pas détourné pour devenir un simple outil d’optimisation fiscale, déconnecté des objectifs de recherche, comme semble le suggérer le développement de cabinets de conseils en optimisation fiscale dédiés à cette niche fiscale« , poursuivent-ils.

Ce n’est pas la première fois que le CIR est mis en cause

Créé en 1983, simplifié et relevé en 2008, complété en 2013 par le crédit d’impôt innovation (CII), le CIR offre aux entreprises la possibilité de déduire de l’impôt sur les sociétés 30% de leurs investissements recherche et développement, dans la limite de 100 millions d’euros d’investissements, et 5% au-delà. Son coût pour les finances publiques a explosé, passant de 1,8 milliard d’euros à 5,340 milliards d’euros selon le projet de loi de finances 2015.

La Cour des comptes en 2008, mais aussi un rapport de Gilles Carrez qui était alors le rapporteur du Budget à la commission des finances de l’Assemblée nationale en 2009, la mission d’évaluation et de contrôle (MEC) de l’Assemblée nationale en 2010, l’Inspection générale des finances également en 2010 et le rapport du sénateur Berson en 2012 ont tous déjà jaugé le CIR.

François Hollande a tranché

En 2013, un autre rapport de la Cour des comptes avait dénoncé l’explosion du coût du CIR ces dernières années, jugeant que la dépense des entreprises en recherche et développement n’évoluait « pas en proportion « . Pourtant, en dépit de ces reproches et conformément aux recommandations du rapport Gallois, François Hollande a décidé de pérenniser le CIR. C’est l’une des mesures phares du Pacte national pour la croissance et l’emploi présenté en novembre 2012.

L’auteur
Fabien Piliu

Fabien Piliu

@fpiliu

Ce que durent les promesses

Communiqué du Groupe Jean-Pierre Vernant (@Gjpvernant)
Pour 513 millions de moins
Retrouvez ce communiqué en ligne à l’adresse suivante:
La « crise » désignait autrefois un brusque accès morbide, un événement bref et intense, une phase critique, un trouble limité dans le temps. La « crise » est aujourd’hui une méthode de gouvernement, qui accompagne la mutation d’une société d’enfermement vers une société de contrôle. Si notre vie professionnelle se révèle de plus en plus difficile, privée de moyens et sans perspectives, il faut avoir conscience qu’il ne s’agit ni du hasard ni d’une fatalité. A l’Université — comme ailleurs — elle passe par une atomisation méthodique de la communauté universitaire, mise en œuvre par l’action de ternes personnages, médiocres managers. La principale méthode de contrôle du néo-management s’appelle le « projet » : AAP, une machine à happer.
Il n’est dès lors pas étonnant que l’apathie générale, le repli sur une vie cellulaire — son amphi, son article à finir, son TD — ait conduit, le vendredi 12 décembre, à l’une des attaques les plus virulentes contre l’Université.
Il y eut bien sûr la réception donnée dans un décor d’opérette par le chef de l’Etat, mais il ne s’agit pas de cela. Devant le groupe Marc Bloch [1] rassemblé aux premières loges, M. Hollande y prononça sans sourciller ces mots : « le budget des universités, dans une période pourtant contrainte sur le plan des finances publiques, doit être sanctuarisé. C’est un engagement que j’ai pris et je veille à ce qu’il soit tenu. » [2] On sait ce qu’il en est. Même l’engagement pris la veille — l’aumône de 70 M€ — ne fut pas respecté [3]. Si 70 M€ sont revenus aux universités, c’est en prélevant M€ dans des programmes universitaires, 20 M€ à l’ANR et, comble du cynisme, 15 M€ à l’enseignement scolaire.
 

 
Les crédits de l’enseignement supérieur et de la recherche sont donc, au final, amputés [4] de (230+123+136+350/5-70+4+20) = 513 M€ soit plus d’un demi milliard ! Un avant-goût du milliard et demi d’économie prévu pour la période 2015-2017 [5]. Rassurez-vous : le contrat Elsevier [1] est, lui, sanctuarisé et le pipeline budgétaire vient de transférer à nouveau 98 M€ aux structures nanotechnologiques créées et précédemment dirigées par Mme Fioraso et son compagnon [6]. Comment qualifier les mensonges du chef de l’Etat et la joie de M. Salzmann étalés dans la presse ?
Sans place laissée au hasard, la veille au soir, une fuite orchestrée [7] nous apprenait les funestes projets de M. Salzmann et de son entourage. Nouvelle illustration de la technique du choc et de la stupéfaction, il s’agit d’une attaque d’une virulence inusitée contre les enseignant-chercheurs et l’Université. Sous couvert de « revoir la conception du métier d’enseignant-chercheur », cette nouvelle feuille de route du groupe Marc Bloch prévoit la révision des « référentiels horaires pour qu’ils correspondent réellement à la stratégie de l’établissement ». En substance, il s’agit de rendre obsolète la référence aux 192 heures statutaires annuelles, en donnant la possibilité aux directions des établissements de moduler à la hausse et individuellement le temps d’enseignement. Il s’agit d’organiser la différentiation entre établissements de proximité et établissements de recherche, entre le « périmètre d’excellence » des ComUÉ, et les « collegium » universitaires en charge, dans la misère, de l’enseignement de masse.
Selon ce document, les membres du groupe Marc Bloch souhaitent achever la mise en place d’une féodalité dont ils seraient naturellement les suzerains : supprimer la procédure de qualification, redonner ses lettres de noblesse à l’endo-recrutement [8], contrôler des « fiches de postes », introduire systématiquement des néo-managers dans les comités de sélection, multiplier le nombre d’étapes de la procédure de recrutement. Du reste, l’ensemble du texte déploie une inventivité remarquable pour occuper les enseignant-chercheurs à autre chose qu’à faire leur métier : créer, transmettre et critiquer les savoirs.
Cette attaque frontale visant à priver les universitaires de leur statut ne se comprend qu’agencée avec la création des ComUÉ [9] d’une part, et avec la baisse volontariste et massive des budgets, d’autre part. L’augmentation des frais d’inscription suivra, en toute logique. Il s’agit de procéder à un coup d’accordéon : créer artificiellement des monstres aussi bureaucratiques que dysfonctionnels, puis en prélever une petite structure [10] concentrant les moyens, laissant l’enseignement de proximité — de masse — à des enseignants à temps plein.
Vous pensiez le repli cellulaire comme une stratégie de survie pérenne ? Vous voilà détrompés.
[1] A ce propos, saviez-vous que le fondateur de Couperin, ce consortium dont l’une des premières actions fut de signer un contrat léonin avec Elsevier, est aussi le père des ComUÉ, ces usines à gaz venues s’ajouter au mille-feuille bureaucratique pour priver la communauté universitaire de ses derniers moyens d’action.
[2] A la décharge de M. Hollande, ce discours — plein de provocations sur les regroupements imposés autoritairement par la DGESIP — a dû être écrit par son conseiller, membre du groupe Marc Bloch. Dépêche AEF en date du 13 décembre 2014: F. Hollande à la CPU : l’engagement de sanctuariser le budget des universités est une « bataille de tous les instants » [SIC]
[5] Lors d’une audition au Sénat le 4 juin 2014, Geneviève Fioraso a annoncé l’équivalent d’1,6 milliard d’économie pour l’ESR en 2015-2017. http://www.letudiant.fr/educpros/actualite/universite-economies-budgetaires-la-communaute-universitaire-de-plus-en-plus-inquiete.html
[7] Dépêche AEF en date du 11 décembre 2014 Enseignants-chercheurs : les propositions de la CPU sur leur recrutement, leur formation et leurs carrières
[8] Il suffit de rechercher la production scientifique de nombre des membres du groupe Marc Bloch pour constater qu’ils étaient en situation d’échec professionnel avant de grimper dans la hiérarchie.
[9] On se souvient que le groupe Marc Bloch usa de mensonges, de pressions, de menaces etc., pour imposer cette forme de regroupement et pour annihiler toute forme de démocratie universitaire. Episode mémorable, il alla jusqu’à falsifier un amendement législatif déposé par le groupe écologiste du Sénat. Le contenu de cette tentative de faux et usage de faux ? Celui qui finit par passer à la faveur d’un cavalier législatif entre vache et cochon :
[10] Dixit M. Tirole « La norme internationale se situe à 10-15.000 étudiants, pas plus. En France, les universités sont bien au-delà de ces chiffres, ce n’est pas sérieux. »
« Le vrai courage c’est, au-dedans de soi, de ne pas céder, ne pas plier, ne pas renoncer.« 
Groupe Jean-Pierre Vernant.
———————————-

Droit d’accès, d’opposition et de désinscription

https://listes.lautre.net/cgi-bin/mailman/options/petition

Les enfumeurs – 14 décembre 2014 | Par Pascal Maillard

http://blogs.mediapart.fr/blog/pascal-maillard/141214/les-enfumeurs

Les enfumeurs

Hollande, Fioraso et la Conférence des présidents d’université (CPU) viennent de réaliser un formidable enfumage de l’Université, de la Recherche et de l’opinion publique : faire passer la restitution de 70 millions pour un sauvetage et une sanctuarisation alors que le gouvernement programme 1,6 milliards de réductions de crédits, détruit l’emploi scientifique et précarise notre jeunesse.

La politique de notre démocratie dévoyée se construit de plus en plus dans des jeux de rôles, des stratégies de communication et des mensonges éhontés. Plus encore que Sarkozy, François Hollande et son gouvernement excellent dans l’art de l’enfumage, et plus précisément dans cette ruse, devenue un classique, qui consiste à affoler la galerie avec une petite régression inacceptable pour masquer un insidieux coup de matraque d’une toute autre portée. Une fausse reculade du gouvernement donnera aux indignés le sentiment d’une grande victoire alors qu’ils sont les dindons de la farce. La comédie qui vient de se jouer avec le budget de l’Enseignement supérieur et de la Recherche est de ce point de vue exemplaire.

1. Une comédie en trois actes

Acte I : la coupe scélérate. L’action se passe au Parlement le 18 novembre dernier. Lors de la première lecture du Projet de loi de finances 2015, des amendements déposés par le gouvernement retranchent 136 millions d’euros de plusieurs lignes budgétaires de l’Enseignement supérieur et de la Recherche, dont 70 millions de crédits pour les universités : les députés socialistes obtempèrent en bons godillots, sans se demander s’il n’y a pas dans cette coupe une entorse à l’engagement du Président de préserver l’Enseignement supérieur et le Recherche.

Acte II : l’organisation de la protestation. L’action se déroule en trois lieux et de façon coordonnée. Au Sénat qui retoque les amendements et annule les baisses de crédit, un choix très prévisible et attendu par le gouvernement. Au ministère où Fioraso soigne sa communication : je me bats pour la préservation du budget, mais je suis solidaire du gouvernement. Autrement dit : ce n’est pas moi, mais Bercy. A la CPU où les présidents d’université exigent la restitution des 70 millions, oubliant au passage que la coupe est de 136 millions et concerne aussi la recherche, ce dont ils semblent se moquer. « L’appel de Strasbourg », initié par la présidence et signé par tous les directeurs de laboratoires et de composantes est heureusement plus vigoureux, mais il est à craindre qu’il rejoigne bien vite le cortège des enfumés.

Acte III : François 1er sauve l’Université. Se campant en ultime arbitre du différend, le Président fait circuler l’information, la veille de la journée de mobilisation nationale du 11 décembre (dépêche AEF puis article des Echos), selon laquelle il a décidé de restituer les 70 millions. Ce que les amendements gouvernementaux avaient imposé, le prince décide de le défaire, réduisant le Parlement à une simple marionnette. Le 12 décembre au soir, à l’occasion d’un dîner organisé à l’Elysée, François Hollande déclare devant un parterre de présidents d’université comblés : « Le budget des universités, dans une période de contraintes budgétaires, doit être sanctuarisé. C’est une promesse qui est tenue. Je me réjouis que, suite à une intervention que j’ai faite, le Parlement ait rétabli les 70 millions ».

Comme dans toute bonne comédie, le concert final des satisfécits peut commencer et le dîner de dupes se dérouler joyeusement sous les ors de la République. Le président de la CPU ira même jusqu’à minimiser l’incident : une « maladresse du ministère du budget », dira-t-il sur France-Info. La France est rassurée : le Président veille au grain, les chercheurs vont pouvoir continuer à chercher, les enseignants à enseigner et les étudiants à étudier. Il n’en est évidemment rien : la France est enfumée, avec le concours de ces puissants mandrilloptères que sont devenus les médias.

2. Désenfumage

Afin de faire tomber les masques et de dissiper la fumée, il suffit de considérer les faits et d’analyser les chiffres dont chacun dispose. Trois types d’opérations budgétaires doivent retenir notre attention. La première opération fait l’objet d’un trucage, les deux autres sont sciemment cachées à l’opinion publique. Les trois démontrent que les budgets de l’ESR ne sont en rien sanctuarisés, mais considérablement réduits.

Le premier niveau est celui de la pseudo-restitution des 70 millions. Ces crédits pour « les formations supérieures et la recherche universitaire » ne sont restitués qu’au prix de redéploiements et de ponctions d’autres lignes budgétaires : l’amendement qu’on peut lire ici prévoit de minorer de 20M la ligne « Recherches scientifiques et technologiques pluridisciplinaires » et de 15M les crédits de la mission « Enseignement scolaire ». Comme d’habitude le gouvernement déshabille Pierre pour habiller Paul et au passage c’est la recherche et l’Education nationale qui en font les frais. Une coupe de 35M subsiste donc et sur les 136M supprimés le 18 novembre ce sont bien un peu plus de 100M qui ont été en définitive supprimés du budget de l’ESR pour 2015.

Le second niveau est celui des coupes opérées au titre de l’année 2014. Le Groupe Jean-Pierre Vernant a très justement pointé, dans un communiqué du 12 décembre, que le projet de loi de finance rectificative 2014 actait une baisse de 560M de la mission « Recherche et Enseignement supérieur ». Les rapporteurs de la Commission des finances du Sénat écrivent précisément ceci : « Ainsi, la mission « Recherche et enseignement supérieur » a vu ses crédits pour 2014 réduits dans le décret d’avance du 2 décembre 2014 à hauteur de 191,3 millions d’euros en autorisations d’engagement et 262,5 millions d’euros en crédits de paiement. Ce sont les programmes principalement liés à la recherche qui sont les plus touchés, laissant craindre des difficultés importantes de fin de gestion pour certains opérateurs de la recherche, qui ne sont pas, dans ce contexte, encouragés à embaucher de jeunes chercheurs ou à lancer de nouveaux projets. » La baisse entre la Loi de finance initiale 2014 et la Loi de finance rectificative est de 2,2% (de 26 Mds à 25,442 Mds, chiffres vérifiables ici, dans le tableau de la page 81).

Le troisième niveau est d’une ampleur bien plus considérable, et s’inscrit dans la logique budgétaire entamée dès 2014. Il s’agit des réductions des crédits de l’ESR programmées pour les trois années à venir. Geneviève Fioraso a en effet annoncé en juin dernier 1,6 milliards d’économies à faire sur les budgets 2015-2017 de l’Enseignement supérieur et la recherche. Ces coupes claires constituent un démenti cinglant à la rhétorique du secteur sanctuarisé et consacrent un désengagement dramatique et irresponsable de l’Etat de la recherche et de l’Enseignement supérieur. Alors que l’Allemagne a compris l’enjeu de l’ESR pour l’économie et l’emploi en décidant d’augmenter de 25% son soutien à la recherche pour les trois années à venir, la France programme une diminution colossale de 5% sur la même période.

On comprendra dès lors que les 70 millions qui ont amusé la galerie de la CPU, des enfumeurs et des enfumés consentants sont de peu de poids devant les coupes déjà exécutées et toutes celles à venir. Ce que l’on comprend moins, c’est que l’écrasante majorité des chercheurs et des universitaires aient tant de mal à dissiper le brouillard qu’ils ont devant les yeux. Qui donc peut encore croire au mythe de la sanctuarisation?

3. La tragédie qui vient

Le potentiel de recherche et d’enseignement de notre pays est aujourd’hui en péril. Les décisions irresponsables de nos gouvernants d’amputer ses moyens à hauteur de 7% sur la période 2014/2017 – soit 2 Mds, alors que c’est le montant annuel nécessaire à la relance de l’ESR -, après des années de réformes destructrices, de baisse de l’emploi scientifique et de développement de la précarité, annoncent une tragédie, pas seulement pour le secteur de l’ESR, mais pour nos emplois, notre économie, notre jeunesse.

Mais la tragédie qui s’annonce est certainement déjà là. La souffrance au travail explose dans toutes les universités et dans les organismes de recherche, les conditions d’étude, de recherche et d’enseignement se détériorent, les cas de suicide se multiplient, les possibilités de recrutements se tarissent, les gels de postes se multiplient, les emplois promis ne sont pas créés faute de moyens, les docteurs ne trouvent plus de débouchés professionnels, les droits d’inscriptions explosent à travers des DU et masters payants ( de 1500 à 8000 euros par an), les contingentements se multiplient et pour couronner le tout la CPU ne trouve rien de mieux que de se comporter en MEDEF bis lorsqu’elle propose de moduler les services des enseignants-chercheurs à la hausse (lire ici un second et remarquable communiqué du Groupe Jean-Pierre Vernant intitulé « Ce que durent les promesses »). Pendant ce temps Fioraso joue à « Nano 2017 », en situation de très probable conflit d’intérêt, et en ponctionnant plusieurs lignes de crédits qui sont déjà anémiques.

La communauté d’enseignement et de recherche attend autre chose que des bidouillages et des mesures d’austérité drastique qui conduisent l’ESR dans le mur. Il existe de vraies solutions de refinancement de l’ESR. Il suffirait de prendre au sérieux les propositions de Sciences en Marche, appuyées par de nombreuses organisations syndicales et par des parlementaires de gauche qui n’ont pour l’heure rencontré que l’autisme du gouvernement dans leur tentative pour réformer le Crédit Impôt Recherche qui gave les grands groupes industriels avec l’argent du contribuable, et ceci pour des activités qui n’ont rien à voir avec la recherche.

Face à l’enfumage permanent et aux petits et grands mensonges d’Etat, devant cette logique de descruction très volontaire de l’ESR conduite par des néolibéraux autoritaires qui entendent ouvrir l’université et la recherche publiques au marché concurrentiel et qui n’ont comme seule vision de l’avenir que l’Europe des régions, de la spécialisation dite « intelligente » et de la dérégulation, il ne reste plus qu’à mettre notre espoir et notre énergie dans les mobilisations naissantes afin qu’elles se développent et que la « révolte » crainte dans « L’Appel de Strasbourg » devienne une réalité effective. L’indignation, les suppliques et les petites journées de grève ne suffiront pas. La RESISTANCE par l’action unie et déterminée de tous les personnels et étudiants de la Recherche et de l’Enseignement supérieur est aujourd’hui le seul moyen d’éviter la tragédie que nous promettent Hollande, Fioraso et la CPU. Nous ne nous laisserons pas engloutir dans ce Triangle des Bermudes!

Pascal Maillard

PS : blogs d’utilité publique, pour ne plus vivre enfumé :

– https://histoiresduniversites.wordpress.com

– http://lesupenmaintenance.blogspot.fr

– http://www.groupejeanpierrevernant.info

L’Inserm à nouveau condamné sur la précarité

2 décembre 2014  /  Politique (Recherche et Université)
L’Inserm à nouveau condamné sur la précarité

Un dessin de Cled12Un dessin de Cled12

La justice vient d’alourdir la condamnation de l’Inserm en raison de son refus d’attribuer un CDI à un jeune chercheur après 7 ans de CDD dans le même poste.

C’est la suite de « l’affaire Catelain » qui, après celle d’une ingénieure de Nantes finalement embauchée en CDI après un combat judiciaire, confirme que les pratiques des organismes de recherche contreviennent à la loi et au code du travail. Et devrait inciter des centaines d’ingénieurs, techniciens et chercheurs précaires de faire appel aux tribunaux.

Le 10 octobre 2014, le Tribunal Administratif de Paris, a annulé le refus du Président de l’Inserm d’attribuer un CDI à ce biologiste. Le texte du jugement met en évidence un fait très répandu: le passage d’un employeur à l’autre (Inserm, fondations diverses, université) pour une activité en réalité continue, dans le même laboratoire et sous la même autorité hiérarchique. Des éléments factuels qui ruinent les argumentaires fondés sur la multiplicité des employeurs pour refuser l’embauche en CDI. Le Tribunal avait alors  condamné l’Inserm à payer 1500 euros au scientifique et avait demandé à l’Inserm de réexaminer sa décision.

Un accord du ministère de la recherche

Pourtant, malgré l’évidence de la situation – «Si l’Inserm s’entête et fonde son refus sur la même raison, son action sera à nouveau condamnée par le Tribunal comme illégale», avait déclaré maître Manifestation de précaires à MontpellierManifestation de précaires à Montpellier

Bascoulergue, l’avocat du chercheur la direction de l’Inserm a de nouveau refusé d’embaucher en CDI. Même motif, même punition, mais plus lourde, a conclu le Tribunal administratif qui a de nouveau condamné l’Inserm, le 24 novembre, à payer 2000 euros au chercheur, et à réexaminer sa décision, mais avec une astreinte de 100 euros par jour de retard.

Ce jeune biologiste a passé sa thèse à l’université Pierre-et-Marie Curie. Puis, durant sept ans et trois mois, il a cumulé les CDD à l’Institut de myologie de la Pitié-Salpêtrière, pour un travail sur les maladies cardiaques. Avec succès, puisque les dirigeants de ce laboratoire mixte (Inserm, CNRS et UPMC) lui ont demandé de poursuivre ses travaux à chaque fin de contrat. L’an dernier, fin des CDD Inserm après cinq ans et demi. Mais le labo ne veut pas perdre son expertise. Aussi, un nouveau CDD est financé par l’AFM (Association française contre les myopathies), donc le Téléthon. Il débouche sur un brevet, en cours d’évaluation après son dépôt, en médecine régénératrice cardiaque à partir de cellules tirées d’autres muscles. Une avancée qui pourrait servir aussi pour les myopathes.

L’Inserm est citée dans le dernier rapport de la Cour des comptes, pour le grand nombre de précaires dans ses laboratoires. Le nombre de CDD a été multiplié par quatre entre 2005 et 2010, passant de 497 à 1.925, soit 28% des effectifs globaux de l’Institut, selon la Cour.

Une déception vis à vis du pouvoir politique

L’entêtement de l’Inserm dans cette affaire ne peut s’expliquer sans un accord du ministère de la recherche et de l’enseignement supérieur avec son attitude. Le gouvernement campe en effet sur une position rigide, plus idéologique que financière en ce qui concerne les effectifs de la recherche publique. Un comportement qui n’est pas pour rien dans la déception aujourd’hui largement répandue dans les laboratoires vis à vis d’un pouvoir politique qui avait la faveur de la  La manifestation parisienne de Sciencs en marche

La manifestation parisienne de Science en marche

majorité des personnels de la recherche publique à ses débuts. La demande d’un plan pluriannuel pour l’emploi scientifique était en effet au coeur des multiples manifestations organisées cet automne, notamment dans le cadre de l’opération Sciences en marche.

Ce cas est en effet représentatif d’une génération de jeunes formés en sciences de la vie avec une  trajectoire rapide : «Cherchez, trouvez, virés !» Cette précarité «touche tous les métiers de la recherche», explique François Bonnarel, ingénieur au Centre de données astronomiques de Strasbourg, élu CGT au Conseil scientifique du CNRS. Pourtant, cette génération de précaires a permis à la France de se maintenir au sixième rang mondial par le nombre de ses publications scientifiques. Aujourd’hui, elle est exclue de la recherche, publique comme privée. «Il y a quelque chose de profondément immoral dans ce que nous avons infligé à ces jeunes», selon Sophie Duchesne, la coordonnatrice du Comité national de la recherche scientifique, politiste à l’Institut des sciences sociales du politique (université Paris X-Nanterre).

► Une note lors de la première condamnation de l’Inserm en octobre dernier.

► L’affaire de l’ingénieure de Nantes (aujourd’hui chef d’équipe).

Des CDI et des débats.

L’Inserm condamné en référé pour refus de CDI.

Reportage à Montpellier dans les labos de biologie.

Les précaires font pression sur Fioraso.

► Précaires, des directeurs de labo écrivent à Fioraso.

Ma thèse en 180 seconde, et après ? Rien.

Les jeunes, l’emploi et François Hollande.

Par Sylvestre Huet, le 2 décembre 2014

ça se passe ailleurs… ouverture de la rubrique !

Bonjour à tous,
Nous inaugurons une nouvelle rubrique afin de mieux faire circuler les informations sur les mobilisations en cours dans l’enseignement supérieur et la recherche…
N’hésitez pas à nous contacter pour faire passer des infos dont nous n’aurions pas connaissance.

A bientôt,