Etudiant.e.s, exprimez-vous, soutenez-nous face à l’équipe présidentielle

Parce que l’équipe présidentielle nous impose des conditions de travail qui nous plongent dans la précarité, parce que cette situation intolérable impacte directement la qualité d’une formation que vous êtes en droit d’exiger; n’hésitez pas à vous adresser directement aux responsables qui mettent en péril l’université, vos études, votre avenir!

Pour des profs déclarés, payés, des TD non surchargés, soutenez nos revendications et exprimez-vous auprès des principaux intéressés à ces adresses :

presidence@univ-lyon2.fr

pierre-yves.peguy@univ-lyon2.fr

jean-francois.goux@univ-lyon2.fr

v.fabre@univ-lyon2.fr

A noter pour les personnes souhaitant rencontrer la DHR:

La Direction des ressources humaines et le Service général d’action sociale déménagent du 2 au 10/03.

À compter du 25/02 jusqu’au 11/03 : fermeture de la DRH au public, les services pourront être contactés par courriel et téléphone uniquement. La semaine du déménagement, la DRH ne sera pas joignable.

Publicités

6 réflexions sur “Etudiant.e.s, exprimez-vous, soutenez-nous face à l’équipe présidentielle

  1. Vous êtes exactement comme le système de cette fac, aucun respect pour les étudiants et vous demander en plus notre soutient !
    Vous l’aviez il y a de ça quelques temps, mais je ne me mobilise pas pour quelqu’un qui retient un de mes droits fondamentaux qui est l’obtention de mes notes.

    • Je vous remercie de votre message qui souligne le décalage entre le discours ambiant tenu par la présidence qui vise à diviser les personnes qui font tourner le service public d’enseignement à Lyon, et les revendications unitaires portées au sein du collectif. Cela me conduit à vous livrer quelques précisions qui semblent vous échapper (tant concernant la situation matérielle des étudiants vacataires en enseignement que des considérations ayant trait au droit):
      – d’une part vos notes sont disponibles auprès de vos chargés de TD qui sont totalement disposés à les transmettre et à assister tout étudiant nécessitant ses notes pour des raisons tels que les départs à l’étranger, les candidatures dans d’autres établissements, etc.
      Il me semble que vous n’avez pas conscience que nous sommes également étudiants comme vous dans cette université et que comme vous nous souffrons de son manque de moyens et de sa gestion très problématique. Au sein du collectif, nous souffrons à titre d’étudiants, mais aussi en tant qu’enseignants, car nous n’existons pas aux yeux de l’administration (pas de contrat ni de paye), et que nous disposons de faibles moyens pour effectuer une formation qui se revendique de qualité (peut-être qu’il faudrait penser à y mettre les moyens pour qu’elle reste de qualité). Quand vous touchez une paye proche du smic pour effectuer 1h de cours, payée officiellement 4h de travail (dans leurs barèmes administratifs) et que vous passez en réalité 10h à travaillez, vous pensez qu’on vous respecte en tant qu’enseignant et qu’il ne s’agit pas par voie de conséquence d’un foutage de gueule des étudiants ? en tout cas c’est ce que je considère. D’où l’urgence à investir dans des postes de titulaire (non fantômes comme certains postes fioraso !) enseignant, mais aussi dans le renforcement de personnels administratifs dans de nombreux services (comme le service des inscriptions, où de par leur faible effectif cette année, les étudiants ayant payés leurs droits d’inscription début octobre devaient attendre un mois et demi pour obtenir leur certificat de scolarité), et de tout simplement respecter le droit administratif et le droit du travail ! Encore faudrait-il que cela soit considéré comme une priorité, ce qui n’est pas le cas à l’heure actuelle au vu des politiques en cours.

      – d’autre part, il me semble que l’obtention d’un contrat de travail est l’un des droits basiques du travailleur, dans le public comme dans le privé. On se situe quand même à un autre niveau dans la hiérarchie des normes de l’Etat français, allez à la bibliothèque ouvrir un cours de droit pour éviter de tenter une comparaison inadéquate entre droit à un contrat de travail et « droit » aux notes. Si vous considérez les notes comme un « droit », adressez-vous aux services adéquates de l’administration, pas à ses vacataires fantômes (sans contrat de travail, je ne dépends pas de l’administration)!

      Si vous êtes insatisfaite de cette situation extrêmement problématique pour nous tous (ce que je comprends totalement), enseignants vacataires comme étudiants, plaignez vous à l’administration.
      Jusqu’à preuve du contraire, c’est à l’administration de permettre l’application des droits (du vôtre et du mien), si vous n’êtes pas contente, n’hésitez pas à le signifier à l’Université Lyon 2.
      Ce n’est pas à un personnel fantôme -personne de l’administration ne connait mon nom d’ailleurs, je n’ai pas de carte, et il est noté « inconnu » à mon horaire de cours affiché sur ma salle de classe, je n’ai aucun accès à la plateforme de cours pour charger des documents en ligne, je n’ai pas de carte étudiante ou de personnel valide (adieu emprunt de livres pour faire mes cours) – de « faire son boulot » alors qu’il n’obtient aucune reconnaissance, contrat de travail, ni paye pour le faire (d’ailleurs je n’ai aucune autorité).
      Adressez-vous à l’administration qui dispose de la légitimité, des moyens et des pouvoirs administratifs pour obtenir vos notes: il s’agit tout simplement de lui demander de faire son travail, pour lesquelles elle emploie des fonctionnaires (qui reçoivent une paye mensuelle) et dont le budget provient de l’argent public des contribuables.
      Il est aussi possible de se joindre aux rassemblements appelés régulièrement par le collectif pour dénoncer cette situation qui nous atteint tous et nous exaspère sérieusement.

      Si vous condamnez la dégradation de vos conditions d’étude, à vous de décidez si vous souhaitez ou non de vous mobiliser pour faire changer les choses.
      Au vu des politiques d’austérité appliquées dans la maison, il est improbable que vos conditions d’étude s’améliore dans les années à venir si rien n’est fait pour condamner la ligne politique adoptée en la matière…

  2. Bonjour.
    Si les représentants de vacataires ont été méprisés lors de leurs rencontres avec l’équipe de direction – on ne sait comment la qualifier puisqu’on ignore son existence, aucune communication malgré intranet – , les étudiants qui n’ont pas cours se sentent également méprisés, puisqu’on ne leur dit rien. Y a-t-il un pilote dans cet avion ?
    Un étudiant de L1 science politique sociologie. Welemane jp.

    • L’article du monde explique que la présidence aurait réglé la situation… Ce n’est pas le cas, nous répondons qu’il reste encore une dizaine de contrat. Ce décompte a été fait à la suite de l’article.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s