La rétention de notes: une action qui ne tombe pas du ciel…

Une action qui relève actuellement d’un effet d’annonce, pour régler au plus vite une situation problématique et intolérable

L’action de rétention de notes a été adoptée par le collectif de Lyon 2 pour dénoncer une situation qui ne date pas d’hier. En effet, le problème de travail sans contrat valide et les problèmes de retard de paiement (ou de non paiement) des vacataires enseignants sont un phénomène qui existe (pas seulement à Lyon 2) depuis de (trop) nombreuses années.

Au sein du collectif de Lyon 2 actuel, nous nous sommes mobilisés depuis le printemps dernier pour signaler le problème à l’administration de l’université, afin que la situation ne se reproduise pas cette année universitaire 2014-2015. Le  printemps dernier, nos courriers à l’administration n’ont fait l’objet d’aucune réponse de la Présidence (ou de l’administration en général). Depuis septembre 2014, nous nous sommes véritablement montés en collectif pour créer une mobilisation collective pour mettre fin à ce problème qui touche toutes les composantes de notre université. En octobre 2014, nous avons rencontré le Vice-président en charge des ressources humaines, M Goux une première fois pour lui exposer nos revendications et trouver des solutions rapides pour régulariser la situation des vacataires enseignants qui travaillaient depuis le début du semestre (sans contrat et sans la paye). Il nous a proposé de nous rencontrer la semaine suivante, mais il n’était pas au rendez-vous. Notre collectif l’a ensuite rencontré par la suite, où des propositions d’amélioration ont été faites, mais elles sont pour l’instant restées lettres mortes, puisque 90% d’entre nous n’ont toujours pas de contrat de travail, malgré la promesse de voir ce problème résolu au 31 octobre (dernier).

Ce problème d’obtention de contrat de travail et d’une paye pour un travail effectué (et sous payé, autour de 4 euros l’heure travaillée en réalité), n’est plus acceptable en cette fin de semestre alors que les TD touchent à leur fin, que les copies sont en train d’être achevées d’être corrigées… et donc que le gros de notre travail a été effectué sérieusement. Nous considérons qu’il est problématique car dans certains départements, les cours de TD de licence sont assurés en très large majorité par des enseignants vacataires: sans nous, vous n’auriez pas de telles conditions d’études. Nous considérons que nos conditions d’emploi et de travail portent atteinte à la qualité de notre travail, et donc à la qualité des cours (et correction) que nous donnons, et donc à la qualité de vos études.

Dès lors, nous avons opté pour la rétention administrative des notes: nous ne communiquerons pas nos notes, fruit ultime de notre travail d’enseignement du semestre à l’administration tant que notre situation n’aura pas été régularisée (contrat de travail + paye). Et ce dans le but que l’on soit sûr que l’Université Lyon 2 honore ses obligations, puisque nous refusons de travailler gratuitement pour elle.

Pour l’instant, en ce début décembre, il ne s’agit que d’un effet d’annonce d’une rétention de notes, puisque selon le calendrier universitaire, les notes sont transmises et validées par l’administration que fin janvier (2015). Cela laisse donc un délai de deux mois à la Présidence pour solutionner nos situations précaires, intolérables et extrêmement problématiques.

Quelles conséquences pour les étudiants ?

Tout d’abord cette action n’impacte aucunement la situation des étudiants pour les deux prochains mois à venir: tout reste normal. Les vacataires enseignants se sont accordés pour transmettre les notes de manière individuelle aux étudiants de leurs TD.  Il ne s’agit donc pas d’une action « contre les étudiants » ou « d’une prise d’otage », puisque la communication est maintenue et qu’une coopération sera mise en œuvre pour régler au mieux les situations individuelles problématiques.

Pour les boursiers du CROUS: votre bourse vous est attribuée sous couvert d’une obligation de présence en cours. Vos notes ne sont pas prises en compte dans l’attribution de celle-ci (ou sa suspension).

Pour les cas où cette action pourrait poser des problèmes à certains étudiants (erasmus, candidats à certains concours, etc.) : nous vous invitons à contacter vos enseignants afin qu’une collaboration soit mise en place en vue de résoudre votre situation et que cette action de rétention de notes (si elle a lieu à partir de fin janvier) ne vous porte aucun préjudice.

Ainsi si cette action n’est pas effectuée « contre les étudiants », elle peut bénéficier de leur soutien, puisque les conditions de travail et d’emplois précaires des vacataires enseignants impactent directement la qualité de leurs conditions d’études.

Cette action n’est pas non plus effectuée « contre les titulaires enseignants »: ils connaissent (plus ou moins précisément) la précarité et les problèmes que nous rencontrons. Ils savent que sans nous, ils ne pourraient assurer l’ensemble des cours et des « tâches annexes » d’enseignement (surveillance de partiels, corrections de copie, réunions pédagogiques, etc.). Ainsi, la précarité de nos situations limite nos investissements au sein des équipes pédagogiques (certains d’entre nous ont des boulots alimentaires en plus de leur charge d’enseignement, et de leur doctorat (bien souvent)). Notre situation les impacte donc également.

Cette action n’est pas non plus effectuée « contre les personnels administratifs »: certains connaissent très bien la précarité de notre situation, et tente de nous arranger au mieux (merci !). Au vu de la réduction des personnels administratifs, nous dénonçons cette gestion a minima (imposée par le haut), qui vise à permettre à l’université de fonctionner, mais qui ne permet pas de s’attaquer aux problèmes de fond qui minent sont fonctionnement. Nous nous engageons donc que la fin de cette action soit réalisée de manière concertée avec les personnels administratifs concernés, afin notamment que les secrétariats bénéficient du temps nécessaire à l’entrée des notes dans les fichiers administratifs, pour qu’elles n’aient pas à supporter le poids de cette action.

Cette action est donc un appel à solidarité et à communication autour de situations intolérables qui nous affectent tous… n’hésitez pas à nous contacter (commentaire ou email) si vous le souhaitez !

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s