« Il est vraiment temps que ça change. »

J'ai été vacataire chargée d'enseignement à Lyon 2 entre 2009 et 2014. Il
ne s'agissait pas de mon seul emploi, mais il constituait ma principale
source de revenus. J'ai multiplié les petits boulots, jusqu'à assurer
quatre fonctions en parallèle à certaines périodes : chargée de cours,
intervenante en école primaire, télétravail, travail sur la thèse. N'étant
pas financée pour mon doctorat, ces revenus m'étaient essentiels. En cinq
ans, je ne compte plus le nombre de déceptions et problèmes rencontrés avec
l'Université...

Deux exemples, les plus récents :

L'année dernière, alors que je travaille depuis deux mois sur la
préparation d'un CM et que le cours est entamé depuis plus d'un mois,
j'apprends que la DRH risque de refuser le paiement de ces cours car en
tant que vacataire je n'ai pas le droit d'être en charge d'un CM. La
personne qui se charge du traitement des salaires des vacataires au
Département m'affirme être optimiste quant à la possibilité de "contourner"
les réticences de la DRH.
La nouvelle m'atterre : voilà trois ans que je donne des CM et c'est la
première fois que j'entends parler de ce problème. Pour préparer mon cours,
j'ai dû stopper la rédaction de ma thèse, je me suis impliquée à fond afin
que ce cours soit pertinent pour les étudiants et voilà que ma rémunération
est remise en question ??? Afin d'être payée, j'ai dû établir de fausses
déclarations tout au long du semestre : déclarer que je donnais des TD au
lieu des heures de CM.

L'année dernière toujours, je demande une avance sur salaire, étant
complètement dans le rouge financièrement en partie parce que je viens de
payer mes frais d'inscription (je croyais être défrayée puisque j'avais
effectué une centaine d'heures de vacations administratives, mais il
manquait *deux heures* de vacations admin. à mon effectif pour obtenir le
remboursement des frais). Je téléphone aux RH afin de savoir comment
procéder pour cette demande d'avance. Mon interlocuteur me répond qu'il est
très rare que des avances sur salaire soit faites en faveur du personnel
vacataire. Je lui demande pourquoi. Il me répond qu'il s'agit de la
politique de l'Université. Il ajoute que les vacances de la Toussaint
approchent et que mon dossier risque d'arriver trop tard dans tous les cas.
Là, je m'indigne : les vacances sont dans deux semaines, je ne vois pas
pourquoi ma demande ne pourrait être traitée à temps. Il rétorque que le
personnel des RH ont des enfants et qu'ils prennent donc souvent leurs
congés plus tôt, pour s'aligner sur le rythme des écoles primaires. En
d'autres termes, il me demande de faire preuve d'empathie à l'égard de ces
employés de Lyon 2, tandis que lui m'envoie sur les roses...
Bien sûr, il ne me demande pas si je suis moi-même maman et ne s'inquiète à
aucun moment de la situation dans laquelle je me trouve. Il me renvoie vers
l'aide sociale de l'Université puisque je lui rappelle de nouveau que ma
situation est vraiment problématique. Je demande où contacter ce service,
les sollicitations que je peux adresser à l'aide sociale. Il me dit
sèchement : "regardez sur le site de l'Université". Là, j'ai pas tenu, j'ai
raccroché.
Le doyen de la Faculté a ensuite plaidé en ma faveur afin que j'obtienne
une avance et ça a marché. Avance qui, au final, correspondait au versement
fin novembre de 80 pour cent du salaire relatif au travail effectué au mois
de septembre/octobre !!!

Il est vraiment temps que ça change.
Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s